La construction d’une métaphore

Suite à l’article précédent, la métaphore dans l’éducation, nous allons maintenant voir comment construire votre métaphore :

  • Choisissez un contexte, une époque
  • Créer des personnages, un déroulement, des liens avec la situation problématique
  • Pour les personnages : pensez à créer des héros (qui représentent les ressources possibles de votre enfant) et des méchants (qui représentent les peurs ou les croyances limitantes de votre enfant)
  • Une situation problématique où votre héros aura une prise de conscience et pourra résoudre et dépasser les obstacles.

Bien entendu, vous pourrez également utiliser de nombreux contes déjà existants qui soulèvent des problématiques et des ressources appropriées à de nombreux défis dans la vie de nos enfants. J’essaierai de vous en énumérer quelques-uns dans un autre article.

Mais, voici un exemple « décortiqué » avec les différents points énumérés ci-dessus (l’état présent, le contexte, les ressources et la prise de conscience de notre héros).

Tout ça ne vous semble pas encore très clair, ni très facile ? C’est normal, avec un peu d’habitude, cela devient un jeu d’enfant.

Voici un exemple :

  •  Votre enfant se sous-estime, il est jaloux de ses copains et jamais satisfait ?

Qu’aimeriez-vous lui dire ? Faire des comparaisons aux autres peut nous rendre malheureux ? Que nous ne regardons pas ce que nous avons et voulons toujours ce que les autres ont. Que nous ne savons pas apprécier la valeur de ce que nous avons ?

Alors, créez votre conte et :

  1. Choisissez un personnage  par exemple, le corbeau : qui n’est pas le plus beau des oiseaux
  2. Prenez un (des) personnage (s) qui rappelle la convoitise : le cygne et le paon
  3. Le corbeau est jaloux et malheureux (état présent)
  4. Créer le contexte : le cygne, lui aussi convoite des « plus beaux oiseaux que lui »
  5. Utiliser les ressources : le paon, de par sa beauté, n’a pas la même liberté que notre corbeau. Chacun convoite des avantages chez les autres et nous sommes aveuglés par notre propre jalousie et nous ne voyons plus nos propres qualités.
  6. Créer la prise de conscience de notre petit corbeau : il y a toujours plus beau, mieux que nous et le petit corbeau a des avantages que notre cygne ou le plus bel animal de la nature n’auront jamais…. (la résolution du problème)

Cliquez ici pour lire le conte du corbeau de Mario Ramos selon les indications ci-dessus.

narrative-794978_1920

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s